Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Europe sans tabou

L'Europe sans tabou

Regards critiques d'un gauchiste sur la civilisation européenne d'aujourd'hui et de demain. Réflexions géopolitiques contre le politiquement correct et l'idéologie immigrationniste.


Crise migratoire: une majorité de faux réfugiés

Publié par Jonathan Kléber sur 19 Septembre 2015, 09:19am

Catégories : #Crise migratoire 2015, #Actualité-médias, #Immigration

Les médias font tout pour nous le cacher. Et pourtant, il est évident que la majorité des migrants traversant actuellement l'Europe centrale ne sont pas des réfugiés syriens!!

Cette vérité saute aux yeux de toute personne qui a un minimum de connaissance géographique et un minimum de sens critique. Les nombreuses vidéos amateurs filmant les flots migrants en sont la preuve éclatante:

Un très grand nombre de Pakistanais et afghans

Exemples:

Sur ces vidéos, vous constaterez qu'une partie importante des migrants ont un teint basané (caramel). Il s'agit clairement de pakistanais, dont le pays n'est pas en guerre!

Une autre partie importante présente des traits légèrement asiatiques. Il s'agit pour une part d'afghans, appartenant vraisemblablement à l'ethnie hazara, pour une autre part de migrants provenant des républiques centre-asiatiques, lesquelles ne sont pas en guerre.

Bagarres entre vrais et faux syriens

Les bagarres violentes entre migrants sont précisément dues à la concurrence entre syriens et non-syriens. Les vrais syriens sont exaspérés par ces migrants pakistanais qui se font passer pour des syriens.

Au-delà de leurs origines diverses, il y a un seul point commun entre ces migrants: ils sont tous à 99% musulmans, et contribuent ainsi largement à l'islamisation de l'Europe. Observez les femmes, elles sont pratiquement toutes strictement voilées. Voir le reportage de France 2 sur la traversée de la Méditerranée en chaloupe, à 4min: tous les passagers de la chaloupe font ensemble une prière musulmane.

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/reportage-france-2-a-bord-d-une-chaloupe-de-migrants-lors-de-la-traversee-entre-la-turquie-et-la-grece_1083885.html

Que fuient réellement les réfugiés syriens?

Concernant les syriens, les médias affirment qu'ils fuiraient Daech. Mais qui nous le prouve? Les quelques réfugiés interviewés reconnaissent au contraire qu'ils ne fuient pas Daech mais le régime laïc de Bachar El Assad (même reportage à 5min40). En Syrie, dans la partie tenue par Bachar El Assad, de nombreuses femmes ne portent pas le voile. Le fait que, parmi les réfugiés, les femmes sont strictement voilées indique que ceux-ci ne sont pas représentatifs de la société syrienne dans sa diversité mais, au contraire, qu'ils sont presque tous issus de la frange islamiste de la population.

Question: N'est-ce pas précisément pour cette raison qu'ils viennent en Europe? ils savent qu'il existe chez nous de nombreux réseaux salafistes et que nos Etats garantissent à ces derniers la liberté la plus totale (alors que les régimes arabes laïcs, tel celui de Bachar El Assad, conscients du danger que représentent les salafistes, les surveillent étroitement)

La manifestation (ubuesque) des réfugiés syriens en Uruguay va précisément dans ce sens:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/07/97001-20150907FILWWW00356-uruguay-des-refugies-syriens-manifestent-pour-quitter-le-pays.php

Ce n'est pas la paix que recherchent ces réfugiés syriens, mais la possibilité de vivre au sein d'une communauté salafiste sans être surveillés par l'Etat. Or l'Europe est actuellement la seule région du monde où les réseaux salafistes prospèrent en toute liberté tout en bénéficiant de l'aide généreuse de nos prestations sociales. Ceci explique pourquoi ils ne sont pas heureux en Uruguay et exigent d'être transférés en Europe.

Il est affligeant de voir comment nos politiciens esquivent toute question ou réflexion sur l'origine réelle des migrants.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Arminius 10/08/2016 18:11

Les mêmes, heureux de voir débarquer les damnés de la terre, disent clairement comment, par une perversité ahurissante, ils en sont venus à préférer l’autre à celui qui leur est proche :

» C’est bon ! Demain, on ne reconnaîtra plus ce pays. Il va naître.
– Avez-vous vu ceux qui arrivent, ceux des bateaux ?
– Oui
– Et vous croyez que vous leur ressemblez ? vous avez la peau blanche. Vous êtes sans doute baptisé. Vous parlez français, avec l’accent d’ici. Vous avez peut-être des parents dans la région ?
– Et alors ? Ma famille, c’est celle qui débarque. Me voilà avec un million de frères, de sœurs, de pères, de mères et de fiancées. Je ferai un enfant à la première qui s’offrira, un enfant sombre, après quoi je ne me reconnaîtrai plus dans personne. «
"Le camp des saints" Jean RASPAIL 1973 (Robert Laffont)

Le pédagogue 07/03/2016 18:24

Le pédagogue :


« La ruée migratoire », surtout depuis 2015, a poussé l’Union Européenne à décider d’un mécanisme dit de relocalisation pour les demandeurs d’asile.
Dans le cadre de ce programme, l’État en France s’est engagé à accueillir 30700 réfugiés.
135 personnes ont d’ores et déjà été accueillies.
150, en provenance de Grèce, ne vont pas tarder à l’être.
Ce qui va presque doubler le nombre des personnes accueillies en France où il est prévu d’accueillir 30700.
Mais comme dirait le défunt Driss Chraïbi, « petit à petit, le nid fait son oiseau ».
(Ce qui en France signifie petit à petit, l’oiseau fait son nid).
En attendant, il y a lieu de rappeler, encore rappeler, toujours rappeler, « ce qu tout le monde sait ».
Depuis longtemps, bravant tous les dangers, des milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, chassés par les horreurs répandues dans les pays d’origine, tentent d’arriver en Europe et d’y rester, en dépit de l’hostilité dont elles sont l’objet, et qui ne date pas d’aujourd’hui.
Ce « processus migratoire » ne cesse de mettre en relief certaines conséquences des méfaits du système dominant qui a semé et qui sème encore, l’oppression partout.
En arabe, les personnes qui prennent la mer pour atteindre l’Europe sont appelés « lhrraaga » (les brûleurs).
Ce sont généralement des personnes qui tentent, à bord d’embarcations de fortune (affrétées par des assassins qui gèrent un trafic qui rapporte des sommes colossales), de quitter l’Afrique et d’autres pays situés ailleurs (comme l’Irak et la Syrie depuis peu), pour atteindre l’Europe, « la forteresse », où ils sont considérés, lorsqu’ils y arrivent, ce qui n’est pas toujours le cas, comme « clandestins ».
« Lhrraaga » parce que avant de se lancer dans cette tentative d’atteindre des côtes européennes, beaucoup brûlent (du verbe brûler, haraqa, hrq, hrg) tous les documents qui peuvent permettre de les identifier et donc de les expulser vers les pays de départ.
Des pays où sévissent des régimes fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la torture, l’enfermement, la négation de l’être humain.
Avec ces régimes, pour les populations qui y subissent les horreurs, l’Afrique et d’autres pays situés ailleurs, sont des contrées où la merde gicle et dégouline de partout.
Nauséabonde.
L’esclavage a fait des ravages.
Le colonialisme n’a rien épargné.
Le système dominant continue d’alimenter, d’entretenir et de répandre les ordures et la pourriture.
Les régimes mis en place par ce système, sont tenus de tout mettre en œuvre afin de servir les intérêts de leurs employeurs.
Le système dominant a imposé à des populations entières de par le monde de chercher des moyens de subsistance dans des conditions, le plus souvent, atroces.
Les pays d’Afrique et d’autres pays situés ailleurs, restent pour les employeurs des réserves de matières premières et de main d’œuvre, des marchés pour tout écouler, des points stratégiques pour les militaires, des terrains d’expérimentations des armements, des lieux de pédophilie et autres « loisirs pour touristes », des dépotoirs multiples et variées et des décharges d’immondices.
Depuis un certain temps, l’Europe ne veut plus que ces « hrraaga » émigrent pour atteindre « la forteresse ».
Elle fait tout afin d’empêcher leur venue, mais ces « hrraaga » sont décidés à tout faire pour fuir les horreurs des es pays d’origine.
Ils n’ont rien à perdre.
Ils continuent de mourir pour fuir ce qu’ils ne peuvent plus supporter.
Afin de les contenir, l’Europe verse des sommes énormes (sommes que les corrompus mis à la « tête des États » à qui elles sont destinées, ajoutent à tout ce qu’ils ne cessent de piller pour s’enrichir, encore s’enrichir, toujours s’enrichir à ses employés pour qu’ils usent de tous les moyens de rétention.
Par ailleurs, en plus des possibilités illimitées de chaque État d’Europe, l’Union Européenne a mis en place une force dite « Frontex » avec des avions, des hélicoptères, des navires et autres, destinés à protéger « la forteresse » des assauts des « miséreux », des « hors-la-loi », des « envahisseurs », des « terroristes », comme des médias ne cessent de le répéter sur tous les tons et à tous les temps.
« Ils avaient le pas pesant, les bras ballants et la face effarée. Ceux qui s’arrêtaient pour les voir passer fermaient brusquement les yeux, en une minute de doute intense et subit, où l’origine et la fin conventionnelles de l’homme étaient vélocement révisées, les classifications des règnes et les métaphysiques mises à bas et échafaudées de nouveau comme un château de cartes sur leurs mêmes fondements et suivant la même systématique […] ils ouvraient les yeux : la faillite de la civilisation, sinon de l’humanité, qu’ils avaient vu défiler vêtue de fripes, ou, à tout le moins, des fripes emplies de néant » (Driss Chraïbi, Les Boucs, Paris, éditions Denoël, 1955, P. 26).

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents